Relation Client des e-fleuristes hiver 2020

  • 11 mars 2020
  • 1547 Vues
Relation Client des e-fleuristes hiver 2020

Découvrez le baromètre de la relation client des e-fleuriste hiver 2020 : spécial Saint-Valentin et fête des Grands-Mères.

Le vent en poupe, la “Love Economy” profite au marché des fleurs

Les Français seraient de plus en plus dépensiers lors de la Saint-Valentin. Selon une étude publiée par Mastercard, les transactions effectuées durant cette fête ont enregistré une hausse de 50 % depuis 2017. Si les cadeaux favorisant l’expérience (restaurant, voyage, hôtel, etc.) profitent d’un essor plus important que les cadeaux dits traditionnels, la progression de ces derniers reste tout de même notable. C’est le cas du marché des fleurs avec une croissance de 73% en France. D’après un reportage de TF1 sur le sujet, les Français dépensent en moyenne 45 euros par bouquet pour la Saint-Valentin et selon leurs estimations les ventes s’élèveraient à un million de bouquets dans l’Hexagone. La vedette des ventes reste la rose rouge, une place qui risque d’être détrônée d’ici quelques années.

Les roses rouges décriées face aux préoccupations écologiques des acheteurs

En France, 9 fleurs vendues sur 10 proviennent de plantations à l’étranger, majoritairement des Pays-Bas, mais aussi du Kenya, d’Ethiopie, d’Équateur ou de Colombie. Cultivées sous des serres chauffées aux Pays-Bas ou encore réfrigérées lorsqu’elles proviennent du Kenya, l’impact écologique des roses rouges en hiver est considérable. Pour se représenter la taille de l’empreinte carbone cachée derrière chaque bouquet de roses, le mouvement “On est prêt” a calculé qu’elle équivalait à un trajet Paris-Londres en avion.

En plus de conditions de travail parfois déplorables, les pesticides s’invitent aussi à la fête : jusqu’à 25 substances (fongicides, néonicotinoïdes…) ont été relevées dans certains bouquets par le magazine 60 millions de consommateurs. Un constat qui rappel qu’en France la réglementation n’impose aucune limite quant aux résidus de produits chimiques pour les fleurs coupées non-comestibles. En matière de traçabilité non plus. Face aux impacts de cette tradition bien enracinée dans nos esprits, des voix s’élèvent avec pour mission d’éveiller les consciences. Dans le même temps, les alternatives aux roses rouges en hiver prennent de l’ampleur en France.

Séchées, locales, de saison… de nouvelles tendances fleurissent dans la filière

En réponse aux attentes des consommateurs pour une consommation plus respectueuse de l’environnement, le marché des fleurs voit grandir de nouvelles branches. Afin de mieux guider les consommateurs dans leurs achats, de nouveaux labels se créent ou renforcent leurs certifications. C’est le cas du label Fleur de France, initié en 2015, qui garantit l’origine française des végétaux achetés. Ou encore du label Plante Bleue qui certifie que les végétaux ont été cultivés par des horticulteurs en France engagés dans une démarche de production respectueuse de l’environnement. Une tendance qui va dans le sens des résultats d’une étude Kantar pour l’association Excellence Végétale, qui publie que 7 personnes sur 10 sont prêtes à payer leurs végétaux plus cher pour un label d’origine hexagonale si le surcoût reste modéré. 

Du côté des enseignes, l’offre met en avant des fleurs locales et de saison pour la Saint-Valentin et la fête des grands-mères : mimosa, jacinthe, hellébore… Certains affichent aussi la provenance des fleurs, bien que rien ne les oblige à informer le consommateur sur le pays d’origine et le parcours qu’elles ont effectué. Sur le web, des sites spécialisés sur la vente de fleurs séchées profitent de la nouvelle tendance de compositions florales séchées qui jouent la carte du plus durable.

Plus de 23000 commentaires analysés sur 7 enseignes du secteur

Découvrez le baromètre hiver 2020 de la Relation Client des e-fleuristes à l’occasion de la Saint-Valentin & la fête des Grands-Mères

La qualité de la relation client perçue par les consommateurs a été étudiée par l’analyse de 23 000 commentaires client issus du web social public sur la période du 1er janvier au 2 mars 2020, concernant 7 enseignes : 123FLEURS, AQUARELLE, CARREMENT FLEURS, FLORAJET, FLORAQUEEN, INTERFLORA, TELEFLEURS.

En pointant les graphiques de l’infographie, découvrez les chiffres clés du baromètre.
Loading...

Loading…